J

J’ai toujours trouvé qu’il était très difficile de parler de soi, de se dévoiler, afin que les gens puissent savoir qui vous êtes. C’est un exercice périlleux, que j’ai pu expérimenter à plusieurs reprises ces dernières années lorsqu’il m’a fallu me présenter sur un blog ou pour une exposition. Faire un résumé de sa vie, en seulement quelques lignes, est limitant et ennuyeux (à la fois pour qui écrit et qui lit). C’est pourquoi, afin de mieux cerner l’homme et le photographe que je suis, je vous propose de me dévoiler en toute transparence (comme j’ai choisi de le faire pour l’ensemble de mes prestations) à travers 12 petites chroniques. Celles-ci aborderont des sujets présents dans ma vie actuelle et/ou passée et qui me tiennent à coeur : ma passion pour la musique et la lecture, le rôle de la photographie dans ma vie, mon parcours personnel et professionnel, l’impact de mon SII au quotidien, les lieux qui ont marqué mon histoire, les voyages et l’écologie… Alors si cela vous intéresse, je vous invite à en découvrir un peu plus sur moi dans la chronique du jour, présentée ci-dessous !

 

 

– Chronique #01 : La Musique –

Pour cette toute première chronique, j’ai souhaité vous parler de quelque chose qui me suit au quotidien depuis de nombreuses années et dont je ne peux me passer dans ma vie de tous les jours. Je ne dirai pas que j’écoute de la musique 24/24h ni 7/7j, mais elle a pris une très grande place dans ma vie. Que ce soit lorsque je souhaite me détendre, lorsque je travaille sur mes photos ou bien encore quand je fais du sport, la musique me suit partout (ou presque car, à la musique, je préfère parfois profiter des sons de la nature). Elle m’apaise, me rebooste, me ressource. J’aime le fait de prendre du temps, chaque semaine, pour découvrir de nouveaux artistes, comme j’aime le fait de me replonger dans certains albums d’artistes que mes parents m’ont fait découvrir étant petit. Et, pour chacun de ces moments, je choisis d’écouter un style de musique en fonction de mon « humeur », sur un support bien précis.

 

Jean-Michel Jarre & Georges Brassens

Jean-Michel Jarre et Georges Brassens : deux artistes qui me suivent depuis ma plus tendre enfance.

 

Petit, ma mère m’a fait découvrir la chanson française et la puissance des mots grâce aux textes de Georges Brassens, Léo Ferré, ou bien encore Jacques Brel. Mon père, quant à lui, m’a permis de mettre un pied dans la musique électronique avec Cerrone et Jean-Michel Jarre, des artistes qui me font encore danser aujourd’hui. Mes parents m’ont ainsi permis de développer des goûts éclectiques en matière de musique, dès mon plus jeune âge. Et je les remercie pour cela car, grâce à eux, je prends aujourd’hui autant de plaisir à écouter de la musique jazz que du folk, de la country, de la soul, de l’électro, du rap, du punk-rock, etc., … Et si, le jazz et les musiques électroniques sont les styles que j’écoute le plus depuis quelques années, certaines rencontres avec des personnes bienveillantes, inspirantes, m’ont parfois invité/incité à me plonger plus profondément dans d’autres styles et à dépasser certains à priori.

 

Mes vinyles de jazz

Une partie de ma collection de vinyles de jazz avec des artistes tels que : Armstrong, Coltrane, Davis, Goodman, Parker, Simone …

 

Pour découvrir de nouveaux artistes, de nouveaux titres, j’utilise les plateformes de streaming. Et quand un album ou un titre me plait, je l’achète et le stocke sur mon disque dur. Ma musicothèque est ainsi principalement composée de morceaux en Hi-Res (achetés via Qobuz) ou de CD numérisés (souvent achetés à des « petits » groupes/artistes à l’issue des concerts) afin de pouvoir écouter la musique dans les meilleures conditions, sans craindre une fatigue auditive. Mais le problème du numérique c’est que, bien souvent, on fait autre chose pendant que la playlist défile. Nous ne profitons donc pas vraiment de l’intégralité de l’album. C’est pourquoi, quand j’aime vraiment un album, j’essaye de le trouver également en vinyle. Ce support nous « oblige » à un cérémonial qui permet de rester attentif (changer de face au bout de 15-20min, par exemple) et nous permet une immersion complète dans la musique.

 

Support vinyle

L’écoute d’un album sur vinyle permet, selon moi, une meilleure immersion dans la musique que le numérique.

 

 

Pour Aller Encore Plus Loin :

Ma collection de vinyles  •  La plateforme Qobuz

 

Si cet article vous a intéressé, restez-connectés ! D’autres chroniques arriveront chaque mois pour partager avec vous mes passions, mes envies, mes coups de coeur et mes coups de gueule. 🙂

 

COMMENTAIRES
Votre Commentaire

FERMER LE MENU
Praesent justo id libero venenatis, et, efficitur. ut quis consequat.